Rencontre mao zedong tchang kai chek

Si Wang Jingwei , son successeur à la tête du gouvernement nationaliste et chef de l'aile gauche du Kuomintang, est favorable au maintien de l'alliance avec les communistes, l'aile droite du parti, menée notamment par Tchang Kaï-chek , y est hostile.

Tchang Kaï-chek

En mars , prétextant un complot contre lui , Tchang décrète la loi martiale à Canton et limite le droit d'accès des communistes à la direction du Kuomintang. En juillet , l'Armée nationale révolutionnaire entame l' expédition du Nord , destinée à soumettre les factions armées et à unifier le pays sous la bannière nationaliste.

Le Parti communiste bénéficie de sa participation à l'expédition et connaît un afflux de militants grâce à l'extension des grèves ouvrières et des revendications paysannes en Chine. En janvier , face à la mainmise grandissante de Tchang Kaï-chek, Wang Jingwei déplace le gouvernement de Canton à Wuhan , où ses alliés communistes sont influents.

En mars, un soulèvement des travailleurs de Shanghai , animé notamment par les communistes, permet la prise de contrôle de la ville dans le cadre de l'expédition du Nord. L'armée du Kuomintang n'arrive qu'après-coup, pour trouver Shanghai aux mains des ouvriers et des communistes. Afin de contrecarrer l'influence des communistes, Tchang Kaï-chek décide de rompre le front uni par la violence: La gauche du Kuomintang dénonce les actions de Tchang Kaï-chek mais ce dernier transfère à Nankin un gouvernement à ses ordres.

Une purge généralisée est décrétée contre les communistes au sein du Kuomintang. La rupture avec le Komintern est consommée: En juillet, Wang Jingwei, impuissant face à Tchang, rompt à son tour avec les communistes et se rallie au gouvernement de Nankin. Alors que l'expédition du Nord se poursuit, les communistes commencent une série de soulèvements armés. Le 7 septembre , Mao Zedong mène une révolte des paysans dans le Hunan et le Jiangxi , où il établit un soviet: Les troupes armées révoltées réalisent leur jonction avec les rebelles paysans et prennent avec eux le contrôle de plusieurs régions du sud de la Chine.

Le 11 décembre à Canton , une révolte prend le contrôle de la ville et établit un soviet mais est écrasée par l'armée trois jours plus tard.

Entre la Chine et Taïwan, une poignée de main historique

Entre-temps, après la fin de l'expédition du Nord et la prise de Pékin en juin , le Kuomintang revendique la souveraineté sur l'ensemble de la république de Chine , son gouvernement étant reconnu au niveau international. De novembre à janvier , les troupes nationalistes tentent de briser par une campagne d'encerclement le territoire communiste du sud du Jiangxi , mais sont finalement repoussées par les forces armées communistes, qui se révèlent bien mieux équipées et entraînées que de simples guérilleros. En septembre , le gouvernement chinois est déstabilisé par l'invasion japonaise en Mandchourie.

Les communistes en profitent pour renforcer leur organisation et, le 7 novembre , les territoires discontinus des régions communistes sont officiellement réunis sous l'autorité de la République soviétique chinoise , dont Mao Zedong est le président. Entre et , l' Armée nationale révolutionnaire du Kuomintang réalise quatre nouvelles campagnes d'encerclements contre les territoires communistes du Jiangxi , du Henan , du Hubei , du Shaanxi de l' Anhui et du Gansu.

La dernière et 5 e campagne, commandée personnellement par Tchang Kaï-chek , voit la victoire des nationalistes: Les régions encerclées subirent bombardements et famines [ 1 ]. Le 10 octobre, le principal bastion communiste est anéanti dans le Jiangxi.

Parvenant à briser l'encerclement, l'Armée rouge chinoise est contrainte à la fuite. À l'arrivée, les troupes communistes sont décimées. Mao Zedong s'est néanmoins imposé comme le chef incontesté des communistes chinois. Malgré la politique expansionniste de plus en plus agressive de l' Empire du Japon , Tchang Kaï-chek continue de traiter en priorité la lutte contre les communistes.

L'alliance de Mao Zedong avec Tchang Kai-Chek

Wang Ming , soutenu par le Komintern , publie le 1 er août un manifeste appelant les communistes à s'unir au Kuomintang contre les Japonais, mais Mao Zedong n'y est pas favorable. En décembre , c'est Zhang Xueliang , un seigneur de la guerre rallié au gouvernement, qui décide de forcer la main à Tchang Kaï-chek: À la fin décembre, un accord est conclu: Malgré l'alliance, les forces chinoises ne sont pas de taille à lutter contre l' Armée impériale japonaise et subissent une série de désastres au début du conflit.

Les communistes privilégient les actions de guérilla , notamment dans le nord de la Chine.

Autour de "Chiang Kaï-shek. Le grand rival de Mao" d’Alain Roux

Mao Zedong souhaite épargner ses troupes autant que possible et continuer de consolider ses forces, dans l'objectif d'une reprise de la guerre contre les nationalistes, une fois les Japonais vaincus. En , les troupes du Kuomintang et la Nouvelle quatrième armée s'affrontent militairement , soulignant la fragilité du front uni. Une guerre civile de basse intensité recommence dès la capitulation japonaise.

Le premier théâtre d'opérations est la Mandchourie , que l' Union soviétique a envahie en N'ayant pas de troupes en Mandchourie, Tchang Kaï-chek négocie avec les Japonais pour obtenir qu'ils ne quittent pas trop vite la région, afin d'éviter sa prise de contrôle complète par les communistes. Il ordonne également aux troupes japonaises en Mandchourie de ne pas remettre leurs armes aux communistes, et d'attendre l'arrivée des soldats du Kuomintang [ 2 ] , mais ne peut empêcher les troupes régulières communistes d'opérer leur jonction avec la guérilla locale [ 3 ] , affermissant leur influence dans la région.

Le 15 août , le gouvernement chinois signe un traité d'alliance avec l'Union soviétique, prévoyant le retour de la Mandchourie à la Chine et reconnaissant la souveraineté soviétique à Port-Arthur: Ils ont néanmoins pu établir leur pouvoir à Harbin et étendre leurs bases vers le sud [ 5 ] , tandis que Tchang Kaï-chek fait remonter ses meilleures troupes vers le nord-est dans l'espoir de les contrer [ 6 ]. Les États-Unis , qui sympathisent à l'époque avec Mao ce qui s'explique en partie par la publication en du livre Red Star Over China , ouvrage hagiographique sur Mao publié par le journaliste Edgar Snow , qui déclencha une vague de sympathie envers le leader communiste chinois , se posent en médiateurs.

Le général Marshall est nommé en novembre ambassadeur des États-Unis en Chine. Une mission américaine est installée à Yan'an et espère aboutir à la formation d'un gouvernement de coalition communiste-nationaliste, afin d'éviter un nouveau conflit ouvert en Chine. Du 28 août au 10 octobre , des négociations sont menées à Chongqing en présence du diplomate américain Patrick J.

Hurley , Tchang Kaï-chek et Mao Zedong négocient, mais leur rencontre n'aboutit qu'à des déclarations de principe en faveur d'une reconstruction pacifique du pays. Une commission politique consultative tripartite est créée, et destinée à ramener la paix en Chine mais elle ne fonctionnera jamais, les incidents entre communistes et nationalistes se multipliant. Pendant les pourparlers, un conflit armé éclate à partir du 10 septembre , soit 24 heures après la reddition officielle des Japonais en Chine.

Les troupes nationalistes, commandées par Yan Xishan , avancent sur la place-forte communiste du Shanxi , afin d'en prendre le contrôle. Les affrontements ont pour résultat, durant les négociations de Chongqing, de faire passer les nationalistes pour les agresseurs, tout en améliorant l'image des communistes auprès des occidentaux.

Tchiang kai-chek en Crédits: Taïwan et Tchiang Kai-chek Crédits: L' objectif de Tchiang Kai-chek ou Jiang Jieshi était d'unifier la Chine, en proie au chaos après la chute de la dynastie mandchoue des Qing en Soldat avant tout, il combat alternativement ou parallèlement les seigneurs de la guerre et les communistes, et parvient à établir un gouvernement central nationaliste à Nankin en La victoire des communistes en le contraint de s'exiler à Taïwan, où il instaure un régime autoritaire, soutenu dans un premier temps par les États-Unis dans leur stratégie d'encerclement de la Chine populaire.

Les débuts d'un révolutionnaire

Tchiang Kai-chek a échoué à mener à bien son projet, certainement par manque de vision et d'ambition. À partir de , il sert ainsi dans l'armée japonaise, dont il admire et adopte les idéaux spartiates.

Entre la Chine et Taïwan, une poignée de main historique

Projetant de débarrasser la Chine de la dynastie mandchoue des Qing, ces derniers convertissent Tchiang Kai-chek aux valeurs républicaines et font de lui un révolutionnaire. Ayant eu vent des insurrections révolutionnaires qui éclatent dans son pays natal, Tchiang Kai-chek regagne la Chine en et prend part aux combats sporadiques qui finiront par chasser les Qing. Il s'engage alors aux côtés des républicains et autres révolutionnaires chinois qui, de à , tentent de renverser le nouveau président et empereur en puissance, Yuan Shikai.

Menu de navigation

Issu d'un milieu de paysans, Blücher, qui exerce de multiples petits métiers, est emprisonné de à , vraisemblablement pour incitation à la grève. La Grande Guerre en fait un officier mobilisé dans l'armée du front sud-ouest. Présentation du numéro d'Extrême Orient, Extrême Occident sur la Présentation du numéro spécial de la revue Critique: Le singe et le tigre: Mao, un destin chinois d'Alain Roux Pu Yi: X Ecrire à la production Ajouter la vidéo au cartable Ajouter un moment favori. Ajouter à mon Canal-U.

Dans la même collection

Sélectionner une séquence pour Mon Canal-U. Imprimer partager. Date de réalisation: Conférences Niveau: Histoire Collections: Présentation des publications ficheLom:



admin